Un mariage à Ohain en 1652: Pierre Delcroix et Catherine Dardenne

 La version en anglais de ce document non publié a été présentée aux membres américains de la famille LaCroix le 15 octobre 2006 en l’eglise Episcopale Méthodiste Unie Friendship de Landsville, dans le New Jersey (USA). Cette église est celle des LaCroix de Pancoast Mill Road. Elle est située Weymouth and Friendship Road à Buena Township, Atlantic County, New Jersey (USA) L’adresse est P.O. Box 379, Landisville, NJ 08236. Plusieurs LaCroix et leurs parents sont enterrés dans le cimetière de cette église.

Un Mariage à Ohain en 1652 : Pierre Delcroix & Catherine Dardenne

© Pierre AUBRY – Octobre 2006

Les trois mariages de Pierre DEL CROIX

00600 DELCROIX Pierre - DARDENNE Catherine 1652 Contrat mariage p 1

Pierre DEL CROIX a vécu au XVIIe siècle dans le Brabant wallon, en Belgique à l’époque des rois français Louis XIII et Louis XIV. Il est le plus vieil ancêtre connu à ce jour de cette famille et le premier d’une longue lignée, puisqu’au début du XXIe siècle, certains de ses descendants vivent encore dans le Brabant wallon, tandis que d’autres ont essaimé aux Etats-Unis.

Le nom de famille varie selon le temps et selon les documents : DEL CROIX, DELCROIX, DE LA CROIX, LA CROIX, LACROIX ou encore LACROIS. Rien d’étonnant à cela puisque l’orthographe des noms de famille n’a été fixée qu’au milieu du 19e siècle.

Nous ne connaissons ni la date et ni le lieu de la naissance de Pierre DEL CROIX, mais nous savons qu’il est mort à Ohain, un petit village du Brabant wallon, le 16 avril 1698.  Il était maréchal ferrant à Ransbeche (Ransbeck), un petit village près d’Ohain.

Pierre DEL CROIX devait être assez aisé. Tout au long de sa vie, il achètera plusieurs propriétés dans le village. C’est ainsi que l’on trouve traces de l’achat d’une première maison en 1664 avec un « journal » de dépendances sur le Mont à Ransbeck et d’une seconde en 1673 à Bas Ransbeck. Il acheta aussi divers terrains et bois dans les environs.

Il a certainement aussi connu ultérieurement des revers de fortune, puisque le collecteur des impôts mettra certains biens en vente publique le 20 août 1696 pour « recouvrer paiement de la somme de vingt deux florins, quatre sols et six deniers et les frais montant à dix-sept florins ».  Cette somme représente les impôts dus pour les années 1695 et 1696, soit un total de plus de 39 florins. La vente ne rapportera qu’un peu plus de 32 florins… Il s’agissait pourtant d’un bois et de deux belles pièces de terre.

Arbre DelcroixPierre DEL CROIX a été marié trois fois. Sa première épouse est Catherine DARDENNE, née le 11 mars 1632 à Ohain. Le mariage a eu lieu en juillet 1652 à Ohain. Deux enfants sont issus de ce mariage :

  • Jean ou Vincent LA CROIX, né le 17 juin 1654 à Ohain et habitant Ransbeck. En 1677, ce dernier est arrêté pour le vol « d’une cavale brun rouge vendue à Hoeylaert ». Il sera arrêté en 1679 pour ce vol. Par les Dossiers du Drossart du Brabant, nous savons qu’en 1677, il a servi pendant deux mois et demi dans le train des chariots du Commissaire Bernard du Mont.

  • Barbe LA CROIX, née le 11 mars 1655 à Ohain.

Catherine DARDENNE est la fille de Claude DARDENNE et de Catherine LE BOULENGIER.

La seconde épouse est Anna THEIS, qu’il épouse le 19 juin 1657 à Braine-l’Alleud, un bourg voisin. Anna décède à Ohain le 14 septembre 1676. Trois enfants sont nés de ce mariage :

  • Elisabeth LACROIX en 1662,

  • Englebert LACROIX le 13 août 1663,

  • Maximilien LACROIX. Ce dernier a été marié deux fois, en 1688 avec Jeanne DANNEAU et aux environs de 1695 avec Dorothée BEAUCLERQH.

Vers 1680, Pierre DEL CROIX épouse en troisièmes noces Maria HANNART qui lui donnera six enfants :

  • Jean DELCROIX, né probablement hors mariage en 1678,

  • Jean François DE LA CROIX né le 27 mai 1680,

  • Marie Catherine LACROIX née le 26 janvier 1683,

  • Roch Walther LACROIX né le 29 avril 1686,

  • Jeanne Marie DELCROIX née le 15 août 1688,

  • Pierre Claude LACROIX né le 9 décembre 1690 à Ohain et y décédé le 24 janvier 1770. Ce dernier a épousé Marguerite DOUCHAMPS le 6 novembre 1729. Elle était née entre 1709 et 1712 et est morte le 17 octobre 1788.

Je suis, tout comme Robert VALOIS et la branche américaine des LACROIX, un des descendants directs de Pierre DEL CROIX (nmn SOSA 600) et de sa troisième épouse Maria HANNART (mon SOSA 601) par leur fils Pierre Claude LACROIX (mon SOSA 300). Il est un de mes ancêtres directs à la 9eme génération.

NB : André ORLANS, qui a largement contribué à la réalisation de ce document, n’est pas un descendant direct de Pierre DEL CROIX, mais est apparenté à cette famille. En effet, en 1802 son ancêtre Louis Joseph ORLANS a épousé en premières noces Marie Louise LACROIX, descendante directe du maréchal ferrant de Ransbeck. André descend de la seconde épouse Marie Joseph JADOT, que Louis ORLANS a épousée en 1813.

Pierre DELCROIX ou DEL CROIX est donc le plus ancien ancêtre connu actuellement d’une famille d’Ohain qui a essaimé en Belgique et aux Etats-Unis d’Amérique. La famille LaCroix d’Amérique – et plus particulièrement celle de Pancoast Mill Road à Landisville-Buena, New Jersey – descend notamment de son troisième mariage avec Marie HANNART.

Le Contrat de mariage

En 2005, André ORLANS a retrouvé l’acte de mariage de Pierre DEL CROIX et de Catherine DARDENNE aux Archives générales du Royaume à Bruxelles à l’occasion de la visite de Robert VALOIS en Belgique. Il date de 1652.

00600 DELCROIX Pierre - DARDENNE Catherine 1652 Contrat mariage p 2bis

Contrat De mariage Entre pierre Del croix et Catherine D’ardenne Du 16eme julet 1652

Aujourd’huy XVIe de Juillet XVCLII Pardevant moy soussigne pasteur d’ohain et les témoins ce requis Et appeles comparurent personnellen [personnellement] Catharine Boulengier, assistee de Claude Jean Cornet, son beau-fils, Bastin Pannier, Phle [Philippe] Dardenne d’une part et Jean Phle [ ?] et Jean Alard, Oncles de Pierre Del croix D’autre part et ce pour Conclure et arrester le mariage futur entre Pierre Del Croix et Catherine Dardenne, ce qui puisse reussir a la plus grande gloire de Dieu, au salut de leurs ames, et s contentement de leurs parens et amis

Premieren [Premièrement] Jean Phles promet livrer audit Pierre Del Croix prompten [promptement] deux mil de fer livré à Ohain # #a ses despens, Item en cas de bancquet deux aymes de bierre, et un mouton et une rasiere de froment. Et ladite Cathine luy promet donner a sa fille deux napes, item un lict et couvert. En outre trois paires de linceuls, et une demy douzaine de serviettes, Item douze rasieres de bled, Item Phle et Jean Dardenne promettent de donner a leur sœur chun [chacun] cinquante florins a prendre sur leur part a venir apres le deces de leur mere luy promettant de tirer lesdits cent florins promptement en cas qu’ils en auroient besoin, et en cas que lesdits Phle et Jean ne furniroient lesdits cent florins promptement, ils seront obliges de payer par an la mo ???re d’iceluy argent.

Jean Cornet en advanten [advantement] du mariage de sa sœur luy promet une Ayme de bierre et une rasiere de bled Bastin Pannier luy promet aussy une rasiere de froment un mouton.

En foy et corroboration de tout quoy lesdites parties avec moy et les tesms [témoins] a ce requis avec moy ont signe et marque

tesms [témoins] jean alard, et arnoud gregoire, Joseph la SC?, marqe X de Jean Phle, marqe X de Jean Cornet, marqe de X Cathine boulengier, Philipe dardenne, Jean dardenne, ?loy pst V. Guillaume

Analyse du contrat de mariage

Le contrat arrête les conditions du mariage de Pierre DEL CROIX et de Catherine DARDENNE le 16 juillet 1652. En fait, il règle surtout ce que la famille de la mariée va donner ou fournir au jeune couple… Il est passé devant le curé du village et est rédigé par lui.

La famille de la mariée

La famille de la mariée est représentée par Catherine BOULENGIER ou LE BOLENGIER, mère de la mariée. Elle est l’épouse de Claude DARDENNE qui ne comparaît pas. Il est donc vraisemblablement décédé avant juillet 1652.

La mère de la marié est « assistée ». Jusqu’il y a peu, les femmes devaient être assistées par un homme (généralement leur époux) pour passer un acte à portée juridique. Comme Catherine BOULENGIER est veuve, elle est donc assistée par des hommes de sa famille : son fils Philippe DARDENNE, son beau-fils Jean CORNET et par un certain Bastien PANNIER. Notons qu’un Jean DARDENNE signe aussi le contrat probablement comme témoin.

Qui sont les protagonistes ?

Philippe DARDENNE ou DARDEINE est le fils de Claude DARDENNE et de Catherine BOULENGIER. Il est né à Ohain le 26 avril 1630. Il a donc 22 ans en 1652. Il est donc le frère de la mariée.

Deux Jean CORNET apparaissent dans les registres paroissiaux d’Ohain à cette époque. Ils sont nés en 1617 et 1618, des mêmes parents (Anthoine CORNET et Jeanne BENOIT). L’un d’eux a épousé Barbe PANNIER. Ce couple aura une fille, Jeanne PANNY née à Ohain en 1648.

La mariée est citée dans l’acte de mariage comme étant la sœur de Jean CORNET. Le terme sœur aurait ici plutôt la signification de belle-sœur.

Qui est Bastien PANNY ?

Par les greffes scabinaux d’Ohain, on apprend que le 22 janvir 1618, un certain Jean Van Hamme vend à Pierre Panny, époux de Catherine Bolangier, un demi bonnier de terre sur le champ du Boutonnier (H. De Pinchart – 1966 – Inventaire des Greffes scabiaux d’Ohain – GSN 4690 – p. 312)

Bastien serait probablement un enfant de ce couple. Il serait donc un demi-frère de la mariée et le frère de Barbe PANNY, épouse de Jean CORNET. Le prénom Bastien est probablement une contraction de Sébastien. Or, il y a un Sébastien PANNIER vivant à cette époque à Ohain. Son épouse est Catherine WAUTHIER. Il est le père d’une fille, Jeanne, née en 1654.

Notons que Barbe PANNY a probablement été mariée deux fois et a aussi épousé un WAUTHIER (Jean Baptiste).

Les noms PANY, PANNY et PANNIER sont les différentes écritures du nom de famille.

On peut donc tirer comme conclusions que barbe Panny, l’épouse de Jean Cornet, est la sœur de Bastien PANNIER et serait donc aussi une fille issue du mariage de Pierre PANNY avec Catherine BOULENGIER. En tout cas, il est certain qu’il y a une relation familiale entre toutes ces personnes.

Arbre Le Boulengier

On peut aussi déduire de tous ces éléments que Catherine BOULENGIER a été veuve deux fois : de Pierre PANY et de Claude DARDENNE.

On sait par le dépouillement de Daniel LEGRAIVE, du Cercle d’Histoire et de Généalogie d’Ohain, que Claude DARDENNE est probablement décédé ailleurs qu’à Ohain, puisqu’on n’y trouve trace d’aucun décès pour la famille DARDENNE. Cette remarque vaut d’ailleurs pour tous les membres de la famille DARDENNE. Il en va de même de Pierre PANNY. Mais cela n’est pas certain car les registres paroissiaux d’Ohain sont en partie incomplets.

La référence à Catherine BOLENGIER dans les greffes scabinaux comme étant déjà mariée en 1618 permet de situer sa naissance aux environs avant 1600..

Au sujet du patronyme BOLENGIER, je relève que D. LEGRAIVE identifie l’épouse de Claude DARDENNE comme étant une première fois Catherine BODENGIEN et une seconde fois comme étant Catherine LE BOULENGIER. Le nom de BOULENGIER est donc peut-être devenu BODHENGIEN par après.

La famille du marié

La famille du marié est représentée par deux oncles de Pierre DEL CROIX. Ils ne portent pas le patronyme de DEL CROIX. Il doit donc s’agir soit de frères de sa mère, soit de maris de sœurs de l’un ou l’autre de ses parents. Le nom du premier est difficilement lisible. Le second cité est Jean ALARD.

Je n’ai trouvé aucune relation entre la famille DEL CROIX et la famille ALARD à Ohain à cette époque. Je relève qu’un Jean ALARD est le père de plusieurs enfants à Ohain entre 1615 et 1618. Son épouse est Jeanne BASTIN.

Les conditions du mariage

Pierre DELCROIX reçoit d’un de ses oncles une certaine quantité de fer. N’oublions pas qu’il est maréchal ferrant à Ransbeche.

Il reçoit aussi un mouton et du froment ainsi que deux aymes de bière en cas de… banquet (L’ayme est une ancienne mesure pour le vin et les boissons, souvent utilisée pour les rentes).

La mariée reçoit de sa mère du linge de maison (nappes, serviettes, draps de lit) ainsi qu’un lit et douze fois plus de blé que son mari… Elle reçoit de ses deux frères cent florins à prendre sur l’héritage futur qui doit leur revenir au décès de leur mère. Une clause prévoit un intérêt s’ils ne payent pas rapidement cette somme.

La mariée reçoit aussi de la bière et du blé de son beau-frère Jean CORNET, qui marque ainsi son accord sur le mariage, tandis que son frère Bastin PANNIER lui donne un mouton.

A propos des signatures

Au bas du document, on trouve les signatures suivantes, mais pas celles des « fiancés » :

signatures

  • Joseph la SC?, personne non identifiée ;

  • Marqe de Jean Phle, un des oncles de Pierre DELCROIX ;

  • Marqe de Jean Cornet ;

  • JC, probablement l’époux d’une demi-sœur de la mariée. Il ne sait sans doute pas écrire. Il signe de ses initiales ;

  • Marqe de + Cathine Boulengier, la mère de la mariée. Elle ne sait pas écrire et signe d’une croix ;

  • Phlipe darden, signature de Philippe DARDENNE, le frère de la mariée, né le 26 avril 1630 à Ohain. Il sait signer de son nom, chose rare à l’époque ;

  • Jean dardenne, membre de la famille DARDENNE non identifié. Il signe probablement comme témoin ;

  • ?loy, Personne non identifiée. Il s’agit probablement d’un témoin ;

  • Pst V. Guillaume

Le curé Vincent GUILLAUME. Il est le rédacteur de l’acte

Un certain Arnoud Grégoire est cité à la fin de l’acte. Il existe un Arnold GREGOIRE, époux de Françoise DUCHESNE, qui a cinq enfants à Ohain entre 1648 et 1661.

Explication de certains termes du « vieux français »

Ayme de bière: Il s’agit d’une ancienne mesure utilisée pour le vin et les boissons, souvent utilisée pour les rentes

Journal :Ancienne mesure de terre correspondant à peu près à un arpent (20 à 50 ares) et représentant la surface de champ qu’un homme est susceptible de labourer en un jour.

Bonnier : Ancienne mesure de surface légèrement supérieure à 87 ares, mais pouvant varier selon le lieu.

Rasière:Mesure de capacité pour les grains

Linceul :Drap de toile qu’on met dans un lit pour se coucher

Bled : Blé

Adventement : Agrément, accord.

Bibliographie

  • Dictionnaire de l’Académie française – 1e édition – 1694

  • Ohain – Inventaire des registres paroissiaux de l’église St-Etienne 1600-1796, par Daniel Legraive – Cercle Historique et Généalogique de Wavre

  • Dictionnaire de Généalogie, par Léon Roy – Editions Labor

  • Collection des Archives générales du Royaume à Bruxelles

© Pierre AUBRY – Octobre 2006

Transcription & analyse : Pierre Aubry, descendant de Pierre DEL CROIX

Version anglaise : Robert A. Valois, descendant américain de Pierre DEL CROIX

Photos et recherche de documents: André Orlans

Publicités

Le site d'un Gembloutois

%d blogueurs aiment cette page :