Le Cercle Art et Folklore en 1954

En fouinant dans les vieux journaux à l’occasion du 70e anniversaire du Cercle Royal Art et Histoire de Gembloux, j’ai exhumé un article de 1954 qui parle de l’ancêtre de ce cercle: le Cercle Art et Folklore. Voici ce que j’ai publié dans le n° 75 du cercle en 2013


En 1954, le Cercle Art et Folklore de Gembloux a onze ans…

Pierre AUBRY – 2013

Le Cercle Art et Folklore est l’ancêtre de notre actuel Cercle Royal Art et Histoire.

Il a été fondé le 1er juin 1943 par sept Gembloutois amoureux de leur cité : Fernand Bauvin, Philippe Clerbois, Jean Dehon, François Depireux, Robert Henry, Lucien Hoc et François Sarteel. En pleine occupation allemande, ils avaient déjà à l’esprit le renouveau de leur ville après la guerre et voulaient surtout mettre l’accent sur la peinture, l’artisanat, le folklore, l’histoire, la littérature et le théâtre.

Onze ans plus tard, l’hebdomadaire socialiste Germinal du 10 octobre 1954 lui a consacré un article. Celui-ci est illustré par une photo de François Sarteel, président du Cercle depuis sa fondation. Ce fut pour lui l’occasion de dresser un bilan particulièrement élogieux de l’activité passée, mais aussi de tracer les grandes lignes des actions envisagées pour le futur.

On goûtera particulièrement les qualités que l’on jugeait nécessaires à l’époque pour exercer la présidence d’un tel cercle.

En 2013, notre association fête ses septante ans. Nous n’en réécrirons pas ici l’histoire. Mais nous ne résistons pas au plaisir de partager ci-dessous avec vous – et dans son intégralité – l’article du Germinal de 1954.

Pierre Aubry

Le Cercle Art et Folklore de Gembloux, qui compte onze année d’existence, poursuit trois buts bien définis : le folklore et l’histoire, la littérature et l’art dramatique, l’artisanat et la peinture.

Son activité

Son activité, ses réalisations, ses propositions prouvent combien sa vitalité est grande.

Germinal 10-10-1954

Mise sur pied de neuf expositions de peinture ; participation de ses membres aux expositions de Charleroi, Genappe, Jodoigne, Namur, Bruxelles et Ostende ; création de deux concours littéraires wallons intitulés Prix triennal Joseph Laubain; impression de trois publications ; un concours de photographies ; classement de la Chapelle-Dieu parmi les monuments et sites ; contacts avec les Wallons du Wisconsin en Amérique ; demande de classement du beffroi communal ou ancienne Tour aux horloges ; intervention pour le classement des ruines du château de Walhain-Saint-Paul ; mise sur pied de quatre séances d’art dramatique ; reconnaissance d’un chant officiel Efant D’Jiblou ; personnification de L’Efant D’Jiblou » sous forme d’un géant : L’Tchirou ; intervention pour la création d’un petit square rue du Moulin ; vulgarisation de l’idéal artistique sous toutes ses formes ; organisation de trois conférences à l’INR1 sur l’histoire et le folklore au pays de Gembloux ; présentation des us et coutumes du bourg moyenâgeux ; mise en évidence des richesses locales ; exposition du Vieux-Gembloux dans les locaux de l’Institut agronomique ; hommage à deux enfants de Gembloux : l’auteur de Wicbertus 2 et l’écrivain Laubain ; marche Art et Folklore par le compositeur Georges Mohimont ; organisation de vingt deux conférences ; jury à trois reprises au concours des étalages ; intervention auprès de deux cents communes en faveur des peintres ; collaboration à diverses revues artistiques ; intervention pour promouvoir la vente de souvenirs de Gembloux (coutellerie avec les trois clés, cuivres avec le beffroi, poteries avec reproduction des monuments locaux ; propagande en faveur de la création d’un musée folklorique ; concours du plus grand mangeur de tarte au fromage ; propagande en faveur de la renaissance d’un cortège carnavalesque ; organisation de la Journée Fernand Séverin à Grand-Manil ; etc.

Cette liste incomplète suffit à démontrer que l’existence du Cercle a sa raison d’être et que son activité a porté ses fruits.

Son comité

Actuellement [en 1954] son comité se compose de MM. François Sarteel, président depuis sa fondation ; Joseph Rousseau et Jean Dehon, vice-présidents ; Fernand Bauvin, secrétaire-trésorier ; Emile De Becker, Vital Falise, Lucien Hoc, Camille Deleuze, Paul Manil, Louis Durviaux, Fréderic Lambert, Michel Bernard, Melle Josette Boigelot.

Son Président

Un enfant d’Auvelais, installé au pays de la coutellerie depuis bientôt vingt ans. Il fut choisi comme président parce qu’il était indispensable de s’appuyer sur une force éprise des choses artistiques et littéraires, une compétence se souciant peu des avatars de tous genres, des déboires et difficultés, de l’ingratitude des uns et de l’incompréhension des autres.

Il fallait une nature impartiale, dévouée, animée du désir ardent de prendre en main les destinées d’une société, qui malgré la diversité de ses activités, devait construire pour tous.

C’est ce que nous apprend, en tout cas, l’une des pages du beau livre Le Darnau gembloutois, œuvre de l’ancien secrétaire du cercle, M. François Depireux, édité en 1952.

Objectifs futurs

Ils sont nombreux, mais bornons-nous à en citer quelques uns.

Plantation de fleurs à la statue de l’illustre Sigebert ; suggérer à l’administration communale de donner aux rues nouvelles le nom du littérateur Laubain, de l’historien Léon Namêche, des bourgmestres de 1830 à ce jour. Pourquoi Docq, Damseau et pas les autres ? Ce phénomène heurte le culte du souvenir.

Propager l’embellissement de certains quartiers par des plantations de fleurs ; continuer les expositions de peinture en y joignant l’artisanat, la sculpture ; renouveler la publicité en faveur de l’opéra Wicbertus ; la mise sur pied dès 1955 de nouveaux concours populaires ; etc.

Une étape de quelques onze ans a permis au Cercle de façonner, de rassembler des matériaux artistiques, folkloriques et historiques.

Qu’il continue à les aligner, à les superposer… Il est suffisamment armé pour lutter à travers vents et marées, d’autant plus qu’il est à présent soutenu par l’administration communale et la population tout entière.

© Pierre AUBRY – 2013


Source :

  • Cercle Royal Art et Histoire de Gembloux – Archives

1 L’INR est l’Institut National de Radiodiffusion, devenu la RTBF, situé à l’époque place Flagey à Bruxelles.

2 Wicbertus 922-1922 est un opéra en trois actes et cinq tableaux de Léon Namêche et Victor De Becker.

Retour à l’Accueil  –  Retour à Mes publications d’histoire locale

Publicités

Le site d'un Gembloutois

%d blogueurs aiment cette page :